Pollution, les chiffres derrière l'écran de fumée

©VN

 

Qui pollue?

 

L’infographie présente une analyse de trois polluants parmi les plus toxiques : oxyde d’azote (NOx), particules fines PM 10 (dont le diamètre est inférieur à dix micromètres) et gaz à effets de serre. Le trafic routier par exemple est responsable de 62% des émissions d’oxyde d’azote, de 51% des particules PM 10 et de 31% du gaz à effet de serre à Paris, d’après des estimations publiées en 2014 et concernant l’année 2012. Les chiffres sont issus de l'inventaire d'émissions d'Airparif 2012 et consultables ici.

 

Quels véhicules?

 

L’infographie étudie les émissions de trois polluants parmi les plus nocifs, oxyde d’azote, particules PM 10 et dioxyde de carbone (CO2) en Ile-de-France. Les chiffres viennent de l'inventaire d’émissions d'Airparif 2012 (voire ici).

Combien de véhicules?

 

Quelque 4.500 bus existent aujourd’hui dans le parc RATP pour l’Ile-de-France. Soit 350 lignes de bus au total, dont 61 uniquement à Paris intra muros. Sur ces 4.500 bus, 46 sont hybrides et 12 électriques, les autres roulent au diesel (4442 bus, soit 98% du parc). D’ici fin 2015, 328 bus hybrides viendront augmenter cet effectif, d'après la RATP, contactée par Parismag.

 

Concernant les voitures, elles sont 566.000 prêtes à rouler à Paris. C'est ce qu'indique l’enquête globale transport, de l’Omnil, qui fédère le Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif) et la Direction régionale et interdépartementale de l’équipement et de l’aménagement d’Ile-de-France (DRIEA), publiée en 2010. Il existe 1,7 million de voitures immatriculées pour la Petite couronne, et 2,6 pour la Grande Couronne, soit au total quelque 4,8 millions de voitures à disposition des ménages en Ile-de-France.

 

Quelque 150.000 scooters sont en circulation à Paris, d’après la mairie, 230.000 en Petit couronne et 250.000 en Grande couronne. 110.000 véhicules utilitaires sont immatriculés à Paris, et 760.000 en Ile-de-France.

Combien de trajets?

 

Chiffres issus de l’enquête globale transport, de l’Omnil.

 

Le périph' étouffe

 

Ces chiffres sont issus du bilan Airparif 2013 sur la qualité de l'air à Paris, publié en octobre 2014 (voire p. 26). L’infographie dévoile l’évolution en dioxyde d’azote de la qualité de l’air dans cinq stations parisiennes, pour la période 2011-2013.

 

Cependant, les chiffres de la qualité de l’air pour l’année 2013 sont bien moins avantageux pour le quai des Célestins, qui connaît cette année-ci une hausse de sa pollution au dioxyde d’azote (67 microgrammes par mètres cube d’air contre 13 sur la période 2011-13). Les autres mesures restent comparables. Voire p. 33 du bilan Airparif de la qualité de l’air en Ile-de-France.

 

Dans le métro aussi

 

La Ratp mesure la pollution sur plusieurs lignes de métro et sur le RER A à Auber. Voire ici.

Seuils observés/recommandés

 

Les seuils recommandés sont issus d’un document de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) publié ici. Les seuils observés sont issus du bilan Airparif 2013 (voire plus haut).

Nombre de dépassements

 

139, c'est le nombre de jours où les principaux polluants (particules, dioxyde d'azote et ozone) ont été dépassés à Paris en 2013, d'après l'association Respire. Le chiffre de 35 jours recommandés est quant à lui issu du bilan Airparif 2013.

 

Le chiffre des 100.000 particules avalées par respiration provient d’un communiqué publié fin 2014 par Generali. Les chiffres ont été calculés grâce au ballon de Paris, situé au dessus du parc André Citroën, et qui analyse la qualité de l’air de 0 à 300 mètres de haut. C’est le fruit d’une collaboration entre la mairie de Paris, Airparif, le CNRS, Generali et la société Aérophile. Voire ici.

Moins de pollution mais plus de pics

 

C’est aussi le ballon de Paris qui a révélé un pic de pollution avec 6 millions de particules ultrafines par litre d’air en décembre 2013, une situation comparable à du tabagisme passif. Enfin l’évolution des gaz à effets de serre (GES) de 2000 à 2012 est tirée de l’inventaire régional des émissions en Ile-de-France (2012) d’Airparif. Voire ici.

L’infographie a été réalisée avec le logiciel en ligne Piktochart, et avec quelques icônes tirées des banques d’images en ligne The Noun Project et Icon Finder. Les icônes utilisées sont libres de droit.

Victor NICOLAS

03 mars 2015

A lire aussi:

Le constat  fait un peu tousser... il a incité à voter le plan anti-pollution début février. Malgré une pollution en baisse ces dernières années, les pics sont de plus en plus intenses. 


Lire la suite

C'est le plus grand campement de migrants à Paris. Quelque 70 tentes se dressent sous le métro aérien près de la station La Chapelle. A l’intérieur du camp, leur nombre fluctue en fonction des départs et arrivées très fréquentes.

Lire la suite